Écouter et accompagner, le véritable rôle d’une agence de pompes funèbres …

La lecture du livre de Sophie DAULL « Camille, mon envolée » ne peut pas laisser de marbre et interpelle. Elle y raconte l’expérience de perdre un enfant et de ne plus être mère. L’immensité du chagrin, la souffrance et en même temps tout ce à quoi il faut se confronter. Le vide de l’absence, quoi faire des affaires de Camille, la recherche d’une société de pompes funèbres… Cet épisode de confrontation avec le monde des pompes funèbres, Sophie Daull ne le raconte pas sans sourire. « Je vais continuer, je te promets, à te raconter tout ça, les devis aux Pompes funèbres, tout ça : tu verras, il y a même un moment comique – ça te fera plaisir ».

Comment gérer l’insupportable ? Comment dire adieu ? Comment accompagner nos familles endeuillées ? Ces mots, si clairs et limpides, ont fait écho à la mission des coopératives funéraires et de certaines agences qui placent l’humain avant la vente des produits, qui ne sont au fond qu’accessoires.

Aujourd’hui, avec la sécularisation de la société, les pratiques des agences de pompes funèbres évoluent. Les innovations bousculent la filière… cercueil en carton, urnes imprimées en 3D, urnes biodégradables, QR code sur pierre tombale, services de retransmission vidéo des funérailles, commémoration en ligne, etc. Des innovations sur les produits, certes. Seulement, la véritable innovation n’est-elle pas, comme nous le savons toutes et tous in petto, dans l’humain ?

Être proche des gens, à leur écoute et à leur côté, voilà ce qui nous a guidé quand nous avons créé la Coopérative Funéraire de Nantes. Être des spécialistes de la relation humaine, çà, ce n’est pas près d’être remplacé. Toutes les innovations ne remplaceront jamais, fort heureusement, cette relation humaine tant nécessaire dans ses moments effroyables.

Si le bureau clair et neutre de la Coopérative Funéraire de Nantes ressemble comme dans le livre de Sophie DAULL à une agence immobilière, le Manu qui aura veillé sur sa fille a d’autres petits noms chez nous, on les appelle Brigitte, Mathieu ou encore Sophie.

Bureau de la Coopérative Funéraire de Nantes

Secteur funéraire 27 juillet 2021

Depuis Nantes, le modèle coopératif fait des émules dans le funéraire

Aujourd’hui, en France, 5 coopératives sont actuellement en activité. La Coopérative Funéraire de Nantes était la première à voir le jour.

Lire la suite

Secteur funéraire 20 mai 2021

Coronavirus : les cérémonies civiles pour les funérailles, les grandes oubliées de la crise

Cette année a été particulière et a révélé un incroyable oubli dans l'organisation d'obsèques.

Lire la suite